Ben Ali, présidence, révolution des jasmins et l'exil!

Le 7 nombre 1987, il devient deuxième président de la République tunisienne, après un coup d’Etat (à la douce), succédant le président Habib Bourguiba en vertu de l'ordre protocolaire, sous prétexte l’état de santé de Bourguiba « jugé invalide ».

Pendant ses 23 ans au pouvoir, un climat gnral de détente et de concorde nationale s`installe, la Tunisie de Ben Ali a été classée comme un leader en termes de la lutte contre le terrorisme et la croissance économique en Afrique. Sans oublier la très bonne image dans le monde arabe, grâce aux droits accordés aux femmes, malgré les critiques venants des pays occidentaux concernant la politique tunisienne en matière de droits de l'homme.

Les réformes économiques, réalisées par le gouvernement, le climat de détente et de concorde nationale ont permis au pays de réaliser, pendant plus de 10 ans, une croissance économique stable d`environ 5% et un taux d`inflation ne dépassant pas les 3%.

Le taux de corruption estimé extrêmement élevé, qui caractérise le régime et les organismes de Ben Ali surtout au niveau de la douane et la police s’est transformé ensuite en une culture nationale, dont le premier bénéficiaire est la « Famille Trabelsi », la famille de sa deuxième épouse Leïla Trabelsi.

Le 14 janvier 2011, Ben Ali et sa famille, avaient quitté la Tunisie, suite aux protestations populaires qui ont pris fin par le déclanchement de la révolution tunisienne en décembre 2010, nommé aussi « révolution des jasmins ». L’ancien président Tunisien s’installait en Arabie saoudite avec sa femme « Leïla Ben Ali» et ses enfants, pour passer plus de 8 ans en exil, il est décédé jeudi le 19 septembre 2019.